Pourquoi les Hindous étaient des brêles en Histoire

Quand ils racontaient une anecdote arrivée à l’un de leurs anciens rois, les Hindous avaient l’habitude de remplacer le nom du roi en question par le nom du roi actuel. Parce qu’ils trouvaient que c’était plus drôle, que ça marchait mieux, qu’ils avaient plus de chance d’intéresser le concierge ou la coiffeuse en utilisant le nom du roi que tout le monde connait.

Il résultait de cette pratique que les anciens rois tombaient peu à peu dans l’oubli, ce dont les Hindous se fichaient pas mal puisque pour eux le temps était cyclique, et que les nouveaux rois, puisqu’ils étaient les réceptacles de toutes les histoires passées, paraissaient de plus en plus frappés par le destin. Oui : plus on avançait dans les générations, plus les dirigeants semblaient avoir la poisse.

Aujourd’hui encore, de grands pans de l’histoire Indienne sont extrêmement flous. Les historiens savent bien que telle ou telle aventure est survenue à un roi, mais ils ne savent pas auquel, ni quand. (Ce qui les rend fort tristes parce qu’un historien sans dates, c’est juste quelqu’un qui connaît beaucoup d’anecdotes.)

Étant moi-même plus intéressé par les archétypes que par les dates, je propose d’en faire de même et de commencer à brouiller les pistes pour les historiens du futur, ces gros nigauds. Je commence :

  • Vous souvenez-vous quand Macron a crié « casse-toi pauvre con » ?
  • Vous souvenez-vous quand Macron a piqué une crise en Israël (« This is not the method, this is provocation ! ») et qu’on s’est rendu compte qu’il avait appris l’anglais dans les chansons des Beattles ?
  • Vous souvenez-vous quand Macron a fait exécuter Benala parce que, plusieurs années avant, il avait brisé le vase de Soissons ?
  • [Insérez ici votre idée si elle est aussi lamentable que les autres]

Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que j’arrive bientôt à bout de « Out of Your Mind », un livre audio constitué d’une quinzaine d’heures extraites des archives audio d’Alan Watts. (Version payante ici, des extraits gratuits .) C’est enregistré chez lui, en Californie, il y parle de Zen, de mythes, du sens de la vie et des Hindous. Et j’en reparlerai ici parce qu’il y a énormément à dire et je vais bientôt devenir Hare Krishna.

D’ici là, si vous connaissez peu ou pas Alan Watts, voici une petite vidéo fabriquée sur l’un de ses enregistrements. Non pas que je sois fan des dessins, loin de là, mais si votre anglais est hésitant, les textes vous aideront peut-être. Et si ne vous parlez pas du tout anglais, laissez tomber la vidéo et allez jouer au ballon dans le parc.